L’indo, c’est le rêve de beaucoup de surfers, trois matous ont voulu en avoir le cœur net en jugeant par eux même ce que valent les reefs de ce pays, et c’est comme ca que Nico « Fiston », Clément Martin et Alex « Caroffsky » se retrouvèrent sur l’île de Bali, puis Sumbawa, à la recherche de barrels et de bons rushs coralliens…
1

Le départ de Nico :

Bali, aéroport de Denpasar, Nico arrive sur l'île, l'envie de surfer est déjà là, mais le voyage fut long et fatiguant. Il décide de se rendre à l'embarcadère de Padang Bay afin de recharger les batteries et rejoindre Lombok le lendemain matin en speed boat. Nico a en vue 3 vagues, Senguigui lieu d'arrivée des navettes où une belle droite peu peuplée déferle. Gili, lieu de fête et de débauche abrite une droite sexy et Mawi du côté de Kuta semble parfaite.

Arrivé à Senguigui, Nico découvre que la houle ne rentre pas assez et que le vent est à moitié dedans. Pas de vagues. Ni une ni deux, il décide de se rendre à Kuta. Objectif : une session avant la nuit. Il arrive sur Kuta à 15h et book sa guest house et son scooter. Direction la vague de Grupuk. Route de merde pour arriver sur une vague où faut louer un bateau pour s'y rendre. Demi-tour direction Mawi, le seul spot abrité du vent de Sud Est. Il arrive sur le spot 45 minutes avant la nuit. Un magnifique couché de soleil accompagne un pic gauche droite tubulaire d'1,2m. Le décor est planté...go!!! La houle augmente toute la semaine, 1,5-2m tous les jours mais la droite commence à saturer tandis que la gauche devient dingue. Nico restera 3 jours et s'installera à Canggu jusqu'à l'arrivée des 2 autres.

 

Senguigui - Local boat - Pic gâté

Senguigui - Local boat - Pic gâté

Lombok-Mawi

Lombok-Mawi

4

 

Canggu!!! C'est quoi ce bordel, le trafic de scooter est taré. Nico demande au taxi de le déposer dans une guest au pied de la plage des surfeurs. La nuit tombe, il va checker le spot. La vague est moisie, c'est pas ça la vague de Canguu!! Petite recherche sut le net. Ecobeach, c'est là que çà se passe. 6h le lendemain 5 min de scoot est là...des triangles se forment, l'eau est marron, les trains de houle se croisent il y a comme un air d'Andrin et de côte sau' ici. Ya personne et les retrouvailles avec des bowls satisferont Fiston. L'après-midi le vent se leva mais c'est pas un peu de vent ON qui arrêta notre breton.

Le choix est fait, Canggu a du mal à supporter la houle de 2,6m, Nico amènera les 2 tintins sur le Bukit...

Les retrouvailles à Bali

Bali, aéroport de Denpasar, Alex et Clem retrouvent un Nico, sur-motivé, le surf trip entre copains peut maintenant commencer…

 

Après une bonne nuit de repos à une guest house proche de « Padang Padang », on check les spots, découverte de « Impossible », de bons set de deux mètres déroulent sur deux cent mètres mais la vague est plate, direction « Bingin », plus au nord, où la vague à l’air plus creuse, et plus appropriée au Bodyboard.

5

Station essence locale

Le choix est le bon, Clem score de gros barrels sur la gauche, bien à sec à la marrée basse, Nico et Alex, les droitiers, profitent de la droite qui ne marche qu’à cette marrée.

 

Les deux jours qui suivent on a découvert la presqu’île de « Bukit » avec ses vagues mythique comme « Uluwatu » et « Padang Padang », tout en enchaînant les sessions entre « Bingin » et « Balangan » en passant par « Dreamland ».

 

Les conditions s’annoncent bonnes pour « Lakey Peak », nous décidons donc d’acheter nos billets pour nous rendre sur l’île de Sumbawa.

6

Monkey, Bali

Sumbawa, Lakey peak

Après 3 jours sur Bali, c’est l’heure du départ sur Sumbawa. Il était temps, car les 2 droitiers du trip commencent à avoir faim de droites. L’idée de surfer un pic droite gauche ravit tout le monde.

7

Départ de la guest house à 5h du mat. Bobby local d’ « Uluwatu » nous amène à l’aéroport. Arrivés en avance, on rassemble les affaires et on avance vers le terminal. C’est à ce moment qu’on se rend compte qu’on a oublié le boardbag de Nico dans le coffre de Bobby. Comment ? On ne se sait toujours pas… C’est la crise. Heureusement nous avions pris le numéro du taxi, et après 2 tentatives, on réussi à joindre Bobby qui nous ramène la planche 20 minutes plus tard. On a évité le fiasco.. !

 

Après un court vol. On atterrie sur « Bima » et direction « Lakey peak ». Logement et scooter bookés. Il n’y a plus qu’à explorer l’ile. Les vagues sont présentes mais le vent l’est aussi.

Nico et Clem décident d’aller tâter la vague le soir et là surprise. Il y a 3 mètres sur les plus grosses séries mais la vagues et super facile et « safe ». Le scoring commence

8

 

Clem, lakey Peak

9

 

Alex, Lakey Peak

 

 Les jours se suivent et se ressemblent. Session le matin et le soir. Plongée, sieste ou promenade dans l’aprèm. Les vagues sont régulières : 2 mètres en moyenne, avec des bons set « fantômes » à 2,5 m. Nico et Alex s’approprient la droite. Alex trouve les tubes et Nico réussi à chopper la bombe des séries quasi tout le temps, et cherche le bowl de fin. Clem lutte plus sur la gauche car plus blindée, mais score de bon tubes. Le niveau dans l’eau est incroyable. Les surfeurs enchaînent les airs et les tubes. Malgré tout, chacun a ses vagues et l’ambiance au pic est sympathique. Tout le monde est comblé et on se raconte les sessions le soir autour d’une bonne bintang.

10

 

Que raconter de plus sur Sumbawa, pas grand chose a part le surf. On ressent bien le fait que les locaux ne sont pas habitués à voir des occidentaux. Un jour nous avons du aller dans une ville à 1h de scooter pour retirer des sous. Sur le trajet, les gens nous saluait à grand coup de « hello mister hello mister ». Les gamins dans le cours d’école nous faisaient de grands signes. On a même claqué quelques « High five » aux personnes qu’on doublait ! Un super souvenir pour nous trois !!

 

11

Retour à Bali

Retour sur Bali après 1 semaine sur Sumbawa. On décide de loger dans la falaise à Bingin, au plus près du spot. On tombe par hasard sur Johnny Utah et quelques vieilles connaissances du Mins. On décide de crécher avec eux chez Mama Ketut. Une femme forte en couleur. La soirée se poursuit par un festin de poissons frais, les pieds dans l’eau sur la plage.

12

Le lendemain on se rend compte de la vue incroyable qu’on a de notre terrasse., on voit tout depuis « Dreamland » jusqu'à Padang.

Niveau surf on ne change pas une équipe qui gagne. On surfera « Bingin » jusqu'à la fin. On réalise quelques bon hold up à marée basse. Notamment le dernier jour avec une session à 6h du matin à 3 personnes seulement!!

13

Sunset BINGIN

 

Ce que nous retenons de ce trip : de belles rencontres avec les locaux, toujours souriants et prêts à filler un coup de main si besoin, des scènes de vie surprenantes, des vagues parfaites sur des kilomètres de récifs, mais surtout beaucoup de barreaux pour très peu de bobos !

 

Anecdotes

Après avoir récupéré un Scout crevé, Alex ramène lors du dernier jour de location un mauvais scooter… A qui il est, on ne le sait pas… Alex finira par retrouver son vrai scooter pour le rendre à l’agence de loc.


Après la session à Balagan, On se fait proposer un massage par une vieille dame sur la plage. On refusera poliment, mais elle insistera, et les tentera en titillant les tétons de Clem et Nico a leur insu.

 

« Mama Ketut » : Le feeling est instantané entre elle et nous. Cette femme nous a rapidement adopté ! Le deal est simple : c’est comme à la maison, quand le repas est prêt elle crie pour qu’on descende chercher les plats, et nous demande de débarrasser et de ramasser les couverts une fois fini. Quand « mama » est à la sieste, et que c’est l’heure de l’apéro, il suffit d’aller se servir dans le frigo de la cuisine, on verra plus tard pour la note !